Facebook

jeudi 16 février 2017

Ascros - En route pour le maintient de l'école d'Ascros

C'est autour d'une galettre des rois que Vincent Giobergia, maire d'Ascros a présenté ses voeux pour l'année 2017 à toute la population.

A cette occasion il a parlé des projets qui tiennent au coeur de tous les Ascrossois à savoir le maintient de l'école, du bar restaurant de la place et d'un futur jardin d'enfants.

Je n'ai pas toujours été tendre avec le maire, ces adjoints la mairie en général, je pense même que j'ai été peut être pas méchant mais un tantinet border line c'est sur.
Avec le recul je m'aperçois que les méchants ne sont pas si méchants et ne nous veulent pas toujours du mal et que les gentils ne sont pas si gentils et surtout ne nous veulent pas toujours du bien. Alors avec tout cela, avec les années qui passent et bien certaines choses changent et notamment avec Vincent que j'apprécie pour tout ce qu'il fait pour ce village et ces habitants.


Vincent et sa famille ont toujours été très gentil avec mes grands parents, il les ont reçus considérés et appréciés plus que beaucoup d'autres.

Depuis ces 20 dernières années quand la plus part des villages ont tout perdu, épicerie, bar, restaurant école, et bien à Ascros en 2017 il y a encore tout ça et pour notre plus grand bonheur, alors ne désertez pas les commerces Ascrossois,

Allez acheter le pain à l'épicerie, allez boire un bon café au bar qui est doté d'un véritable percolateur à l'ancienne comme on en trouve plus qu'en Italie, commandez des raviolis, des pâtes fraîches à Marika et Jean-Philippe, ne laissez pas ce village se mourir... Amenez votre pierre à l'édifice, invitez des amis, faites leur redécouvrir la belle nature et la tranquillité de notre village, montrez leur les moutons de Jojo un des derniers grands bergers de la vallée, les fromage de Marcel et de Sauveur à Saint Antonin.

mercredi 8 février 2017

mardi 3 janvier 2017

Le site d'Apple ressemble étrangement à la ville de Bagdad, la ville ronde, au 9ieme siècle, l'époque de Charlemagne et ce n'est pas un hasard car Bagdad était la Silicon Valley de cette époque, c'est là qu'on y fabriquait les meilleurs instruments d'astronomiques, qui étaient très apprécié des caravaniers des routes de la Soie, c'était les ordinateurs et GPS de l'époque. Cette ville avait été commandité par un musulman, le 1er architecte etait Zoroastien, le second architecte était Juif, le maitre d'oeuvre était Boudiste et le financier était Chrétien (d'après Idriss ABERKANE chercheur Francais).


Le nouveau site d'Apple

Bgdad au 9ieme siécle



samedi 31 décembre 2016

vendredi 23 décembre 2016

Mediapart - Attentat de Nice: le terroriste a pu procéder à onze repérages

La caméra de vidéo-surveillance n°173 enregistre le camion se présentant face à la pergola, sur la promenade des Anglais, lors de repérages effectués le 13 juillet, à 6 h 56 du matin. © DR













Les polémiques nées après l’attentat du 14 juillet à Nice ont masqué les ratés de la politique sécuritaire de Christian Estrosi. Ainsi le terroriste a-t-il pu circuler à de multiples reprises. Nous révélons qu'il a même conduit, à trois occasions et durant une trentaine de minutes, son 19 tonnes sur le trottoir de la promenade des Anglais, pour calculer ses trajectoires le soir de son crime. La scène était à chaque fois filmée, mais la police municipale n’a pas réagi.

Ce matin-là, nous sommes le 13 juillet, une lumière en surplomb inonde le cadre, se réfléchit dans ce qu’on devine être de la buée. Il est 6 h 55 et le soleil se lève sur la promenade des Anglais. Située à l'angle du boulevard Gambetta, la caméra 173 – une des 1 257 qui surveillent Nice – enregistre les lueurs de l’aube, les trois badauds profitant de la Prom’ déserte et ce camion blanc qui s'invite sur la vidéo.

Un poids lourd de 19 tonnes roule sur la chaussée, malgré l'arrêté municipal interdisant la circulation des véhicules six fois moins gros dans cette partie de la ville. Ses onze mètres de long et ses deux mètres cinquante de large passent difficilement inaperçus. D’autant plus lorsque le semi-remorque de marque Renault se hisse sur le trottoir, y avance à vitesse réduite et finit par se garer le long des barrières du bord de mer, sa cabine faisant face à une pergola, située à hauteur de l’hôtel Negresco.