Facebook

jeudi 13 août 2015

Mediapart - Patrick Drahi, empereur de l'argent facile



|  Par martine orange

En moins de deux ans, Patrick Drahi s’est construit un empire dans les télécoms. Il a dépensé plus de 40 milliards d’euros et s’est hissé au 57e rang des grandes fortunes mondiales, selon Forbes. Portrait d’un financier qui doit tout aux banques centrales et à leur politique d’argent à taux zéro, au point que l'agence de notation Moody’s s'en inquiète.

Pour un entrepreneur désormais habitué à faire grand bruit, sa dernière opération a été menée de façon particulièrement discrète. Beaucoup plus en tout cas que le rachat du groupe Nextradio TV (BFM, RMC), annoncé spectaculairement le 27 juillet. Elle est pourtant beaucoup plus importante pour l’avenir du groupe Altice-Numéricable et les intérêts de Patrick Drahi, son principal actionnaire.

Patrick Drahi, Devenu milliardaire en mois de 2 ans sur notre dos à tous!!!
Jeudi 6 août, une assemblée générale extraordinaire d’Altice, la holding faîtière de Patrick Drahi, s’est tenue à Amsterdam. Son objet : transférer la société, jusqu’alors basée au Luxembourg, aux Pays-Bas. L’opération a été approuvée à plus de 91 %. Depuis le 10 août, la société est donc cotée à Amsterdam.
En apparence, tout cela relève d’une simple opération boursière, mais elle est déterminante pour Patrick Drahi. Car ce transfert du Luxembourg aux Pays-Bas, connus l’un et l’autre pays pour leur très grande compréhension envers les intérêts financiers, n’est motivé que par une seule raison : la législation néerlandaise autorise la coexistence de plusieurs types d’actions, qui n’ont pas toutes les mêmes droits, au sein d’une même société, ce qui permet d’assurer aux actionnaires principaux – souvent familiaux – de conserver le pouvoir dans l’entreprise et de se mettre à l’abri d’une attaque boursière, même s’ils ne détiennent plus la majorité du capital. Le groupe Agnelli par exemple y a eu recours.
L’avantage de ce dispositif n’a pas échappé à Patrick Drahi. À l’occasion de ce changement, le groupe Altice a annoncé la création de deux classes d’action : des actions A et des actions B, qui ont droit aux mêmes dividendes mais pas aux mêmes droits de vote. Tandis que les actions A ont un droit de vote par titre, les actions B en ont 25. Seuls les anciens actionnaires d’Altice ont eu accès à ces actions B. Détail supplémentaire : ces actions B ne sont pas cotées, afin de pouvoir rester dans des mains amies.


Pour la suite abonnez vous à Mediapart

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire