Facebook

jeudi 9 juillet 2015

Mediapart - Pourquoi Hollande veut garder la Grèce dans la zone euro

|  Par Lénaïg Bredoux
Le président français répète depuis son élection qu’il est opposé à un «Grexit». Pour ne pas être un des fossoyeurs du projet européen et pour des raisons géopolitiques. L’exécutif français prétend que les risques économiques liés à une sortie de l'euro sont faibles. « Les marchés ont banalisé la question grecque », explique à Mediapart Michel Sapin.

Angela Merkel, François Hollande et Alexis Tsipras le 7 juillet à BruxellesLa France ne veut pas d’un  “Grexit”. Ces derniers jours, elle multiplie les initiatives diplomatiques pour l’éviter : Angela Merkel était à Paris lundi soir pour permettre la reprise des négociations ; Michel Sapin est parti jeudi à Francfort pour rencontrer Wolfgang Schäuble et, selon plusieurs sources confirmant une information du Guardian, la France a dépêché plusieurs hauts-fonctionnaires auprès du nouveau ministre grec des finances Euclide Tsakalotos pour préparer les mesures que la Grèce doit présenter à ses créanciers. « On ne ménage pas notre peine et on le fera jusqu’au bout », explique-t-on à l’Elysée. « Nous parlons à tout le monde », dit le ministre français des finances.

Jeudi, le séminaire du gouvernement, réuni à Matignon, était aussi quasi-exclusivement consacré à la Grèce. « Cette fois, la France est au centre du jeu. Nous sommes les seuls à pouvoir parler à tout monde. C’est justement le rôle d’une diplomatie. Contrairement à ce que croit Nicolas Sarkozy, ce n’est pas de sortir le revolver pour faire croire qu'on est le plus fort », estime Matthias Fekl, secrétaire d’Etat au commerce extérieur auprès de Laurent Fabius. « Ce n’est pas un sujet technique. Là, la technique n’a même aucun sens, explique un autre des participants, sous couvert d’anonymat. Ce n’est pas l’Europe des petits comptables qui peut changer la donne. C’est la dignité d’un peuple qui est en jeu, l’avenir de l’Europe, nos frontières à l’Est et au Sud. Cela dépasse les tableaux Excel des technocrates. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire