Facebook

dimanche 12 juillet 2015

Le Monde - Les monnaies locales

Parce que les banques nationales, ne prêtent qu'aux riches, des monnaies locales ont vu le jour un partout dans le monde depuis la crise et depuis bien avant, il existerait plus de 5000 monnaies locales dans le monde, des monnaies qui pour la plus part se déprécient quand on ne s'en sert pas, ainsi elles ne sont pas là pour remplir les coffres des plus riches qui ne s'en serviront probablement jamais, mais pour servir les plus modestes (pauvres et classe moyenne mais pas seulement...). Ces monnaies permettent d'acheter un cours de peinture, de bricolage, d'informatique, des petits travaux à la maison, parfois certains commerçants les acceptent et il est alors possible comme au pays basque d'acheter ses courses comme avec de l'Euro !!! mais avec une monnaie qui s'appelle l'Eusko... (pierre hirth)

 

En complément de l’euro, les monnaies locales séduisent de plus en plus

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/05/22/en-complement-de-l-euro-les-monnaies-locales-seduisent-de-plus-en-plus_4639088_3234.html#eVAFBpvTFzfTho23.99

L'eusko, la monnaie locale du Pays basque.Avoir le choix de sa monnaie pour payer son boulanger, son pharmacien ou son plombier. Privilégier, selon le territoire, l’eusko, la Pêche ou la Bou’Sol à l’euro pour faire ses courses. Utopique au premier abord, cette liberté de choisir sa monnaie devient réalité grâce à l’émergence progressive des monnaies locales complémentaires.
Inexistantes il y a encore cinq ans, une trentaine de monnaies locales cohabitent aujourd’hui en France et autant sont à l’étude. Les acteurs de ces projets alternatifs se réunissent du 22 au 24 mai au Pays basque, à l’occasion des rencontres du réseau des Monnaies locales complémentaires (MLC).

Pour le philosophe Patrick Viveret, fervent défenseur de ces monnaies citoyennes, ces monnaies locales sont « un réaffirmement du territoire. Les monnaies locales servent l’économie réelle avec une valeur ajoutée sociale et humaine. » Redynamiser l’économie locale est l’objectif principal de ces monnaies alternatives.

Pour attirer les citoyens et les entreprises, l’utilisation de ces monnaies se doit d’être simple. Un eusko, une Bou’sol ou un MIEL… équivaut à un euro. Les consommateurs viennent retirer des billets, ou des coupons selon la formule choisie, dans des comptoirs d’échanges agréés et les utilisent ensuite chez les commerçants et artisans partenaires.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/05/22/en-complement-de-l-euro-les-monnaies-locales-seduisent-de-plus-en-plus_4639088_3234.html#eVAFBpvTFzfTho23.99

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire