Facebook

lundi 23 mars 2015

20 Minutes - Marc Dufumier: «Mieux vaut manger du saumon d'élevage bio ou pêché dans l'Océan Pacifique»


- C.LAEMMEL / 20MINUTES

 
1- On ne peut pas avoir confiance dans les labels bio
Le label bio est un label étatique (unifié aujourd’hui à l’échelle européenne). La production bio est certifiée par des organismes certificateurs eux-mêmes certifiés par l’Etat (la COFRAC). On peut donc faire relativement confiance. En cas de tricherie, la fraude est souvent perçue bien plus rapidement que pour un produit conventionnel soumis au seul contrôle de la Direction générale à la consommation, la concurrence let la répression des fraudes (DGCCRF), du type de la viande de cheval dans les lasagnes de boeuf. Mais du fait de contaminations possibles en provenance d’agriculteurs voisins, on ne peut s’assurer complètement du zéro pollution.
2- Interdire les plantes OGM, c’est refuser le progrès
Non, bien au contraire. Les plantes génétiquement modifiées ne sont pas sans risque et présentent pour l’instant plus d’inconvénients que d’avantage. Plus globalement, l’erreur de notre agriculture industrielle a été de tout miser sur le seul haut potentiel génétique des plantes, quitte à leur imposer ensuite une grande abondance d’engrais de synthèse et de produits pesticides. Il ne faut plus raisonner en terme d’amélioration d’un seul facteur. L’agriculture moderne de demain sera une agriculture qui fait un usage intensif des ressources naturelles renouvelables : énergie solaire pour fabriquer notre énergie alimentaire, gaz carbonique de l’atmosphère pour la fabrication de nos hydrates de carbone (sucre amidon, etc;) et fixation biologique de azote de l’air pour la confection de nos protéines. Ce sera une agriculture savante qui visera à assurer une couverture végétale maximale de nos sols, avec une grande proportion de légumineuses (luzernes, trèfles, lentilles pois fourrager, etc; et utilisera les équilibres écologiques entre insectes pour neutraliser les dégâts occasionnés par les ravageurs  et qui devra donc être bien rémunérée. Mais pas besoin d’OGM !

3- Boire beaucoup de lait est bon pour la santé
Non, boire beaucoup de lait de vache, et tout seul, sans être accompagné par d’autres aliments, peut être mauvais pour la santé du fait de sa teneur en protéines acidifiantes. Pour corriger cette acidification du sang, notre organisme va puiser du calcium dans nos os et peut donc provoquer leur décalcification progressive. Tel est bien le paradoxe puisque le lait est lui même riche en calcium. Il convient de ne boire le lait que modérément et accompagné d’aliments plus alcalinisants du type jus d’orange.

 
Selon vous, comment manger à la fois sainement, équilibré, à moindre frais, et local? (Je pense à l’exemple du quinoa vanté par les régimes mais qui parcourt des milliers de km…)
L’important est de manger des aliments sains et d’équilibrer les apports en glucides, protéines, lipides (huiles), vitamines, minéraux, fibres, anti-oxydants, etc. En achetant localement, on peut de plus doute vérifier la fraîcheur des produits. Le soja et le quinoa sont recommandés pour leur apport en certains acides aminés essentiels que notre corps ne peut lui même synthétiser. Mais c’est vrai qu’ils sont de fait produits très loin. Bien que l’on peut cultiver aussi du soja dans le sud ouest et qu’on commence à cultiver du quinoa en Anjou.
Manger de la viande 2 fois par semaine, ça suffit? Et ne pas en manger le soir, c’est mieux? Pourrais-je vivre sainement si j'arrêtais de manger de la viande?

Oui, c’est parfaitement possible et même recommandé de limiter notre consommation de viandes rouges. Il faut alors compenser nos repas par une consommation accrue de légumes secs : haricots, pois chiche, lentilles, fèves, etc. 
L’eau minérale en bouteille est-elle meilleure pour la santé que l’eau du robinet?
Pas nécessairement. A quelques exceptions près, notre eau du robinet est globalement saine. Mais son coût de «potabilisation» est finalement très élevé du fait des pollutions agricoles des eaux de surface et souterraines.
La situation financière des agriculteurs en France, comme probablement ailleurs, me semble très disparate. Des céréaliers de la Beauce aux éleveurs de chèvres des Pyrénées… Dans quel état sont les exploitations françaises d’une manière générale? Qui se porte bien? Qui va mal?
Les grands producteurs de céréales et cultures industrielles de la Beauce, de la Brie, de la Picardie s’en sortent plutôt bien aux prix actuels (et ce sont eux qui bénéficient davantage des subventions de l’Union Européenne). Les éleveurs de bovins pour la viande (Limousin) s’en sortent que très difficilement. Pour l’élevage laitier (vaches, chèvres, brebis) seuls ceux qui élèvent leurs animaux à l’herbage et font des fromages de haute qualité parviennent à s’en sortir.
J’adore le saumon, sous toutes ses formes, comme beaucoup de gens autour de moi. Mais j’entends de plus en plus que celui que nous trouvons en supermarché est très mauvais pour la santé. Est-ce vrai? Que contient-il? Comment faire pour trouver du bon saumon?

Le saumon est riche en Oméga 3 et c’est la raison pour laquelle il est souvent recommandé pour notre alimentation. Mais le saumon d’élevage peut être riche en antibiotique; et le saumon norvégien présente même des restes d’un insecticide répandu contre le poux de mer. Les saumons de pêche issus de mers fermées telle la mer Baltique peuvent concentrer du PCB et des métaux lourds. Résultat : mieux vaut manger du saumon d’élevage bio ou pêché dans l’Océan Pacifique.
Pourquoi ne pas vanter tous les bienfaits du végétalisme plutôt que de dire baisser votre consommation de tout ?
On peut manger équilibré avec un régime végétarien même si c’est difficile d’équilibre la nourriture et les acides aminés essentiels. Le végétalisme se prive de vitamine D et B12 et je reste très dubitatif sur les effets pour notre santé. Il me paraît important de prendre du plaisir à manger, ce qui veut dire ne pas se priver de tout!
Faut-il vraiment laver les fruits avant de les manger? Les essuyer suffit-il? Quels sont les risques?
Impératif : il faut laver vos fruits et légumes. Mais cela peut n’être pas suffisant car s’il est vrai, par exemple, que les vitamines sont davantage concentrés dans la peau des pommes, cette même peau concentre aussi les résidus pesticides. Dans ce cas, il vaut mieux acheter des pommes bio, bien moins contaminées.
L’agriculture française est-elle capable de vivre sans les subventions européennes ?

Sans les subventions de l’Europe, l’agriculture française ne peut pas être compétitive sur le marché international pour les denrées standard produites à grande échelle: la poudre de lait bretonne ne peut résister à la conccurrence de la Nouvelle Zélande. Notre sucre de betterave sous les nuages ne peut résister à la concurrence du sucre de la canne cultivée au brésil sous le soleil. Les poulets Doux nourris avec du soja brésilien ne peut pas être compétitif avec les poulets … brésiliens!  Idem avec notre blé face au blé ukrainien. La seule agriculture compétitive dans la France des multiples terroirs sont les produits ...de terroirs, fabriqués plus artisanalement mais vendus plus cher car de grande qualité : type fromage d’appellation protégée.
Que pensez-vous du cas de ce viticulteur bio que le tribunal a sanctionné pour avoir refusé de verser des pesticides sur son exploitation?
C’est un très beau cas illustratif de l’incompréhension des autorités à l’égard de l’agriculture biologique. L’illusion a été de croire qu’il convenait de lutter contre l’insecte (la ciccadelle) qui véhicule la maladie (la flavescence dorée de la vigne) par un insecticide ; alors même que l’on sait que l’insecticide peut aussi tuer les fourmis et araignées prédatrices de la ciccadelle.
Résultat : les cicadelles résistantes à l’insecticide risquent de proliférer inconsidérément. Sur le plan scientifique et pratique, c’est bien l’agriculteur qui a raison. L’agriculture moderne doit cesser de vouloir tuer les ravageurs mais doit s’efforcer au contraire d’en limiter les dégâts tout en sachant vivre avec.
Quelle différence entre des tomates bio achetées dans un magasin de Hard Discount et des tomates bio achetées en magasin bio. Les prix sont très différents. Concrètement, le bio en hard discount, ça vaut rien?
Les tomates bio vendues en grande surface sont souvent achetées en très gros volumes et le coût de leur transport en gros a donc été moindre. La différence de prix ne porte pas nécessairement sur la qualité. Mais acheter en magasin bio garantit souvent une plus grande proximité dans l’approvisionnement.
Par ailleurs, on a tendance à croire qu’un produit bio origine France est de meilleure qualité qu’un produit bio origine Espagne, car les contrôles sont différents. C’est ce que soutient mon amie. Est-ce bien le cas?

Le cahier des charges de l’agriculture bio a été finalement unifié à l’échelle de l’Union européenne et la qualité des produits devrait théoriquement être pareillement garantie. Les organismes certificateurs français (type Ecocert) peuvent se rendre en Espagne. La question est par contre de savoir si le gouvernement espagnol est aussi rigoureux que le gouvernement français sur le contrôle des organismes certificateurs espagnols.
Sachant que les subventions européennes (et américaines ) à l'agriculture étouffent l'agriculture africaine (selon moi), comment faire pour que nos petits agriculteurs vivent décemment sans que l'agriculture africaine soit écrasée?

Les nations africaines devraient avoir le droit de se protéger de nos excédents céréaliers par des droits de douane conséquents. A nous de produire moins d’excédents de produits standards et de livrer sur notre marché national des produits de haute qualité (label rouge, produits bio et de terroirs), vendables à des prix plus rémunérateurs pour nos paysans.
Depuis que j`ai lu cette histoire concernant un éleveur de volailles et œufs qui pensait produire bio , alors que son exploitation était polluée par une usine proche qui avait contaminé le sous sol et un ruisseau , je ne crois pas qu`il soit possible de nos jours de produire 100% sain .Qu`en pensez vous?

C’est bien difficile de manger 100% sain. Mais l’élevage bio apporte tout de même quelques garanties en ce qui concerne les hormones et les antibiotiques. Cependant il est vrai que pour l’alimentation, tout dépend du lieu où ont été cultivés les céréales!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire