Facebook

jeudi 15 janvier 2015

Le figaro - La une de Charlie Hebdo censurée par de nombreux médias anglo-saxons

Le New York Times dévoile aujourd'hui les coulisses de la fabrication de l'édition de mercredi de Charlie Hebdo, sans toutefois montrer la une du journal satirique. Une décision qui ne fait pas consensus.
Une situation ubuesque. Le New York Times dévoile aujourd'hui comment s'est déroulé la fabrication de l'édition de mercredi de Charlie Hebdo, sans toutefois montrer la une de l'hebdomadaire satirique où figure une caricature du prophète Mahomet. Le grand quotidien américain décrit simplement la couverture du magazine qui «montre le prophète Mahomet tenant une pancarte où l'on peut lire «Je suis Charlie», surmonté du titre «tout est pardonné» sur un fond vert», sans dévoiler le dessin.
Capture écran @New York Times
L'article est illustré avec une photo de la rédaction, sans qu'aucuns couverture polémique ne soient visible. Une photo des policiers à l'entrée des bureaux de Libération qui a hébergé l'équipe de Charlie Hebdo au lendemain de l'attentat et une autre de Laurent Joffrin - rédacteur en chef de Libération - face aux caméras, figurent également dans l'article.
Le quotidien de référence des démocrates américains n'est pas le seul journal anglo-saxon à choisir de ne pas montrer de caricature du prophète. Le quotidien britannique Financial Times dépeint lui aussi la une du journal sans toutefois la dévoiler. De même, The Independant, CNN , Fox News ou encore les agences Reuters ou Associated Press ont pris la même décision.
Au lendemain de l'attentat contre le journal satirique, de nombreux grands médias anglo-saxons avaient déjà évité de diffuser les caricatures controversées du journal pour ne pas «heurter les sensibilités religieuses», affirmaient-ils. «Après mûre réflexion, la direction du New York Times a décidé qu'une description des caricatures donnerait suffisamment d'éléments aux lecteurs pour comprendre la situation», expliquait mercredi dernier une porte-parole du journal. «Nous ne publions pas d'images délibérément provocantes, c'est notre politique depuis des années», s'était justifié Paul Colford d'Associated Press.
Même justification de la chaîne américaine CNN où les unes de Charlie Hebdo apparaissaient floutées à l'écran. Une tribune du Financial Times qualifiait même de «stupide» et irresponsable» certaines unes de Charlie Hebdo. L'indignation de nombreux lecteurs avaient toutefois poussé le quotidien à supprimer ce passage. Tous les grands journaux anglo-saxons n'ont toutefois pas fait ce choix éditorial à l'image de Bloomberg, du Huffington Post, du Guardian ou du Washington Post.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire