Facebook

mercredi 10 septembre 2014

The Platters - Sixteen tons (1988)



D'après Wiki :
Formé à Los Angeles en 1952, le groupe se fixe en 1953 autour de :
Ils enregistrent 4 chansons pour l'étiquette Federal avant de rencontrer le gérant Buck Ram de Chicago, qui les oriente vers un son plus éloigné du rhythm & blues. Les premiers disques qu'ils publient ne rencontrent que peu d'écho même avec l'ajout de la chanteuse Zola Taylor. Une première version d'Only You s'avère même un lamentable échec.
À l'automne 1954, Alex Hodge, compositeur de quelques pièces du groupe, est arrêté pour possession de marijuana et remplacé par Paul Robi. Ram réussit ensuite à leur faire signer un contrat chez Mercury Records en même temps que les Penguins dont il s'occupe également. Lors de leur première séance d'enregistrement, personne ne veut de la chanson Only You. C'est Buck Ram qui remplace le pianiste qui est rentré chez lui. Elle devient pourtant un très gros tube de l'année 1955, se classant pendant sept semaines en tête des charts rhythm and blues, et no 5 des classements tous publics.
Le disque suivant, The Great Pretender, la surpasse pourtant, en atteignant la première place de ces deux classements. Les années 1956 à 1959 seront bercées par leurs succès : (You've Got) The Magic Touch, My Prayer, Twilight Time, Smoke Gets In Your Eyes (enregistrée chez Barclay à Paris) ou Harbor Lights "squattent" les premières places des hit-parades. Ils se produisent dans des stades avec leur nouveau pianiste Rupert Z. Branker, assassiné plus tard, et tournent dans le monde entier, et apparaissent fréquemment à la télévision. Parallèlement, les Platters apparaissent au cinéma dans Rock Around The Clock, La Blonde et moi, Carnival Rock, Girls Town et Europpa di Notte.
À partir de 1960, la formule commence à lasser, et ils ne rencontrent plus autant de succès. Tony Williams quitte le groupe la même année pour une carrière solo de 3 albums et est remplacé par Charles "Sonny" Turner. Son départ est suivi par celui de Zola Taylor, remplacée par Barbara Randolph puis Sandra Dawn et le renvoi de Paul Robi pour possession de marijuana, remplacé par Nate Nelson. Le groupe se voit offrir un contrat par Musicor et décroche quelques derniers tubes dont I love you 1000 times(1966), Sweet, sweet lovin(1967), et With This Ring(1967) grâce à Luther Dixon.
La fin des Platters sombre dans le pathétique. Dans les années 1970, les anciens membres divisés tournent chacun avec leur version du groupe. Buck Ram réenregistre leurs anciens succès en 1993 avec une nouvelle formation. Enfin, Tony Williams, Paul Robi et Buck Ram s'attaquent en justice pour les droits d'auteurs.
Côté récompenses, ils reçoivent en 1962 l'Award des meilleures ventes pour l'album Encore Of Golden Hits, et intègrent le Rock and Roll Hall of Fame en 1990.
Les chansons Only You et The Great Pretender sont aujourd'hui devenues des classiques, qui continuent de passer régulièrement à la radio, et qui ont fait l'objet de nombreuses reprises, dont une très célèbre par Freddie Mercury.



Sixteen tons est une chanson enregistrée pour la première fois en 1946 par le chanteur-guitariste américain de country Merle Travis et parue l'année suivante sur son album Folk Songs of the Hills.
Le thème de la chanson est la vie d'un mineur dans une mine de charbon.
En 1955, Tennessee Ernie Ford en fit une version qui atteignit le numéro un au hit-parade du magazine Billboard, tandis qu'une version par Frankie Laine obtenait un succès en Europe de l'Ouest.




Bien que la chanson soit habituellement attribuée à Merle Travis, sur son enregistrement de 1946, George S. Davis, auteur et chanteur de folk qui a été mineur dans le Kentucky, prétendit en 1966 avoir écrit cette chanson dans les années 1930 sous le titre Nine-to-ten tons1. La version de Davis apparaît sur les albums George Davis: When Kentucky Had No Union Men2 et Classic Mountain Songs from Smithsonian3.
D'après Travis, la ligne du refrain Another day older and deeper in debt (Un jour de plus et la dette s'accroit) était une phrase souvent utilisée par son père, mineur lui-même4. La ligne I owe my soul to the company store (« Mon âme appartient au magasin de l'entreprise ») fait référence au truck system, système dans lequel les travailleurs n'étaient pas payés en argent mais en bons d'achat non transférables et valables uniquement dans le company store (magasin de l'entreprise). Ceci rendait impossible aux ouvriers de faire des économies. Les travailleurs habitaient souvent dans des maisons ou dortoirs appartenant à la compagnie, le loyer étant déduit de leur salaire. Aux États-Unis, ce système persista jusqu'à ce que les luttes syndicales du United Mine Workers amènent à interdire de telles pratiques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire