Facebook

vendredi 30 mai 2014

Mediapart - UMP : après les fausses factures, les formations fantômes

Michèle Tabarot mise en garde par l'avocat de l'UMP

Roger Karoutchi au « pique-nique de rentrée » de Valérie Pécresse, le 21 septembre 2013.
Roger Karoutchi au « pique-nique de rentrée » de Valérie Pécresse, le 21 septembre 2013.  
Quant à son collègue francilien Roger Karoutchi (également sénateur UMP), il est venu avaler un café et signer sa feuille, le 21 septembre 2013 à Levallois-Perret, avant de rallier « un pique-nique de rentrée » mitonné par Valérie Pécresse à Issy-les-Moulineaux, où il a même délivré un discours« J'ai fait tout le premier atelier ! » proteste le parlementaire auprès de Mediapart. Facture de l’ANDL assumée par le conseil régional ? 2 000 euros (pour deux).

En Auvergne, enfin, Brice Hortefeux était annoncé à une formation le 19 octobre 2013 à Clermont-Ferrand, acquittée par le conseil régional, mais on peine à trouver un témoin qui confirme sa présence au long de la journée. « Il est peut-être passé nous dire bonjour, c’est tout, veut bien se rappeler Jean-Pierre Galinat (UMP), "petit" conseiller municipal. Je me souviens bien de cette formation, c’est pas si souvent ! »
En tout cas, session après session, l’ANDL de Michèle Tabarot (qui enregistrait bizarrement 190 000 euros de perte en 2011, avant d’afficher 26 000 euros de bénéfice en 2012), s’est reconstitué un petit magot en abusant des budgets des collectivités locales. Sollicités par Mediapart, ni Michèle Tabarot ni le service communication de l’UMP n’ont répondu à nos questions.
« Je commence à comprendre qu'un système se serait mis en place », admet (sous couvert d’anonymat) un élu qui a séché sa formation en 2013, s’empressant d’ajouter : « Je pense que Copé n'était pas au courant… »

 
La sophistication du « système », à vrai dire, ne s’arrête pas là. Car l’ANDL s’efforce d’accoler ses formations pour militants UMP, théoriquement financées par les fédérations du parti, aux sessions qu’elle organise pour les élus. Objectif : essayer d’englober une partie du coût de ces “coachings” militants dans la facture supportée par les collectivités (formateurs, transports, repas, etc.).
Exemple le 9 novembre dernier, en Lorraine. Douze élus étaient inscrits à une session intitulée « Optimisez votre mandat d’élu local », dispensée à l’hôtel Mercure de Nancy. Mais ce jour-là, les élus sont peu nombreux à s’être attardés. S’ils ont signé la feuille de présence, Nadine Morano et Pascal Matteudi n’ont pas assisté, loin de là, à l’intégralité de la journée. Et pour cause : ils donnaient dans la matinée une conférence de presse pour lancer leur campagne municipale… à Toul.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire