Facebook

vendredi 21 février 2014

Ukraine : Dans certaines villes, la police aurait rejoint les manifestants contre le pouvoir en place...

Après une nuit d'âpres négociations, le président Ianoukovitch et les représentants de l'opposition ont signé l'accord conclu sous l'égide de la délégation européenne, qui prévoit notamment des élections présidentielles anticipées. Les affrontements ont fait une centaine de morts dans la capitale. La situation heure par heure.

Au lendemain de la journée la plus meurtrière en Ukraine depuis la chute de l'Union soviétique, les négociations entre le pouvoir, les chefs de l'opposition et les diplomates européens ont débouché, vendredi 21 février, sur la signature d'un accord de sortie de crise. Le texte, adopté par les deux camps et négocié sous l'égide de la délégation européenne, prévoit plusieurs mesures pour assurer la transition politique : une élection présidentielle anticipée avant la fin de l'année, la formation d'un gouvernement d'union nationale dans les 10 jours et le vote du parlement d'un retour à la constitution de 2004, issue de la “révolution orange”. Des opposants continuent de demander la démission immédiate du président.
Jeudi, le centre-ville de Kiev a été le théâtre de violents affrontements entre manifestants et policiers anti-émeute, alors que la présidence recevait plusieurs ministres européens des affaires étrangères. Les affrontements, avec tirs à balles réelles, ont fait une centaine de morts, selon le chef du service médical de Maïdan. Les cadavres étaient alignés dans la poste centrale et au milieu des halls d'hôtels devenus des hôpitaux de fortune.
Accusé par l'opposition et la représentante de l'Union européenne, Catherine Ashton, de tirer sur son peuple, Vicktor Ianoukovitch, qui consultent la délégation européenne, a affirmé que « des dizaines de policiers » ont également été tués, accusant des snipers de l'opposition de se livrer à des tirs isolés : « Ils sont passés à l'offensive. Ils fonctionnent en groupes organisés. Ils utilisent des armes à feu, notamment des fusils de snipers. Ils tirent pour tuer. » Des propos non corroborés par d'autres sources. Amnesty International a affirmé de son côté que des snipers étaient présents, mais du côté des forces de l'ordre.
Vendredi 21 février
16H10 - Kiev : Le Parlement a voté le retour à la Constitution de 2004, qui limite les pouvoirs du président. Cette mesure faisait partie des points de l'accord négocié et signé entre l'opposition et le pouvoir.
15H15 - Bruxelles : L'accord signé entre le pouvoir et l'opposition est salué par le président de l'Union européenne, Herman Von Rompuy, qui se félicite d'un compromis « nécessaire » sur la voie de la réconciliation nationale.
14H00 - Kiev : Le conseil représentatif des manifestants de Kiev a voté en faveur de l'accord avec le président Ianoukovitch, sous condition. L'opposition exige que soient exclus du gouvernement d'union nationale les actuels ministre de l'Intérieur et procureur général de Kiev.
13H45 - Lviv : Les policiers de la ville de Lviv, à l'ouest de l'Ukraine, ont rejoint les manifestants pour exprimer leur soutien aux opposants de Maïdan à Kiev.

Pour lire la suite abonnez vous à Mediapart

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire