Facebook

vendredi 10 janvier 2014

Mediapart - Tentative d’assassinat : un proche de Dassault a conseillé le tireur en cavale

Ce gars là à du sang sur les mains et pourtant il est libre, il bénéficie d'une immunité totale, ca se passe en France...









Corruption et fusillade: les révélations d’un repenti du système Dassault


Khaled T. a assisté à la fusillade de Corbeil durant laquelle son ancien ami Younès Bounouara, protégé de Serge Dassault, a tiré sur un habitant qui avait enregistré le milliardaire avouant la corruption électorale. Khaled T. a témoigné auprès de la police il y a quelques jours. Il raconte à Mediapart le « système D », la corruption et ce qui est pour lui une tentative d'homicide préméditée.

Pour la première fois, l’industriel et sénateur UMP Serge Dassault reconnaît dans un enregistrement réalisé fin 2012, et dont Mediapart publie des extraits, avoir acheté la victoire de son successeur à la mairie de Corbeil-Essonnes. Une somme de 1,7 million d’euros est en jeu. Les deux hommes à l’origine de l’enregistrement se sont fait tirer dessus trois mois plus tard.

Tentative d’assassinat : un proche de Dassault a conseillé le tireur en cavale

 |  PAR FABRICE ARFI ET MICHAËL HAJDENBERG ET PASCALE PASCARIELLO
Des écoutes téléphoniques révèlent qu’un proche du sénateur milliardaire a conseillé dès les premières heures de sa cavale un homme qui avait tenté d’assassiner, en février 2013, l’auteur d’une vidéo accablante pour l’élu UMP.

C’est le parfait pense-bête pour homme en fuite : jeter ses téléphones portables, se réfugier dans un pays peu coopératif judiciairement, retarder les auditions policières des membres de sa famille... Des écoutes téléphoniques révèlent qu’un proche du sénateur et industriel Serge Dassault a conseillé dès les premières heures de sa cavale un homme accusé d'avoir tenté d’assassiner, en février 2013, l’auteur d’une vidéo accablante pour l’élu UMP dans une affaire de corruption électorale à Corbeil-Essonnes (Essonne), a appris Mediapart de sources policières.
Une découverte dont se serait volontiers passé Serge Dassault, alors que le Sénat doit se prononcer ce mercredi sur la demande de levée de son immunité parlementaire formulée par deux juges parisiens, Serge Tournaire et Guillaume Daïeff, dans le volet financier du dossier.
Serge Dassault, milliardaire, sénateur et ancien maire de Corbeil-Essonnes, est au centre de plusieurs enquêtes judiciaires.Serge Dassault, milliardaire, sénateur et ancien maire de Corbeil-Essonnes, est au centre de plusieurs enquêtes judiciaires. © Reuters
L’histoire s’est nouée le 19 février 2013. Ce jour-là, à 12 h 40, des coups de feu claquent à Corbeil. Un homme, Younès Bounouara, l’un des principaux intermédiaires de Serge Dassault dans les quartiers populaires de cette municipalité que le milliardaire a dirigée de 1995 à 2009, atteint de trois balles de calibre .38 un habitant, Fatah Hou. Il le laisse pour mort et prend la fuite.
Aujourd’hui partiellement handicapé, Fatah Hou est l’un de ceux qui avaient réalisé deux mois plus tôt un enregistrement clandestin de Serge Dassault, dans lequel l’élu milliardaire disait ouvertement, sur fond de soupçons d’achats de voix, avoir commis des actes illégaux et avoir opéré des paiements occultes depuis le Liban, s’inquiétant d’être par ailleurs« surveillé par la police ». Le principal bénéficiaire des versements évoqués, soit près de 2 millions d’euros, est Younès Bounouara, de l’aveu même du propriétaire du Figarodans cette vidéo.
Après neuf mois de cavale en Algérie – il s’était caché dans un petit village de Kabylie, Taourirte Aden –, Younès Bounouara est finalement rentré début novembre en France, où il a été interpellé puis mis en examen pour tentative d’assassinat par trois juges d’Évry, qui enquêtent sur le volet criminel de l’affaire Dassault. L’homme était attendu de pied ferme par les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles. Et pour cause : le tireur, qui a manqué de très peu de tuer sa cible, était sur écoutes le jour où il a fait feu sur Fatah Hou...  
En effet, dans une autre affaire de tentative d’homicide, potentiellement liée elle aussi à la corruption électorale de Corbeil, une juge d’Évry avait placé sous surveillance téléphonique Younès Bounouara. Ce dont ce dernier était, manifestement, très loin de se douter quand il décide, ce 19 février 2013, de « crever » Fatah Hou, comme il le confiera par téléphone à plusieurs amis le matin même, après avoir eu une altercation verbale avec sa future victime.
Mais une écoute semble tout particulièrement intéresser les policiers. Il apparaît, d’après les informations que Mediapart a pu recueillir, qu’un homme clé du système Dassault, employé de la mairie de Corbeil, savait non seulement parfaitement qui était le tireur, mais, pire, lui a prodigué des conseils avisés pour que sa cavale se passe au mieux. Il s’agit de Machiré Gassama, actuel directeur des services sports et jeunesse de la ville de Corbeil.

Pour lire la suite abonnez vous à Medipart

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire