Facebook

jeudi 9 janvier 2014

Mediapart - La République insultée

PAR FRANÇOIS BONNET
En refusant pour la deuxième fois la levée de l'immunité parlementaire de Serge Dassault, le Sénat barre la route à la justice. Choix catastrophique qui montre combien une large partie des politiques n'admettent toujours pas de devoir rendre compte aux citoyens comme aux juges indépendants.

Le Sénat a donc refusé à la justice la levée de l'immunité parlementaire du sénateur UMP et homme d'affaires Serge Dassault. Pour la deuxième fois en six mois. Ce 8 janvier, à la différence de juillet 2013, le parquet appuyait la demande de levée d'immunité formulée par les juges d'instruction sur la base d'éléments multiples accréditant une corruption massive et un système mafieux d'achat de votes à Corbeil-Essonnes, sur fond de règlements de comptes criminels.
Le choix fait par le bureau du Sénat – dont les membres sont protégés par le secret du vote –, et à travers lui par la chambre haute du Parlement où la gauche détient la majorité, est une insulte à la République et à l'un de ses premiers principes : la séparation des pouvoirs. Qu'en 2014, quelques mois après l'affaire Cahuzac, quelques semaines après l'adoption d'une loi édulcorée sur la transparence et la moralisation de la vie politique, la classe politique vienne ainsi se mettre en travers de la justice est un désastre démocratique. Le symbole est clair : une large partie des responsables politiques estiment ne pas avoir de comptes à rendre à la justice et utilisent tous les moyens institutionnels à leur disposition pour y échapper. Une anecdote qui en dit long sur ces arrangements à huis clos : la demande de levée d'immunité ne peut même pas être rendue publique et il n'y a pas d'explications de vote !
Cela a été peu noté mais, il y a quelques semaines, des manifestations spontanées ont eu lieu durant plusieurs jours en plein centre de Bucarest : il s'agissait pour les citoyens roumains de protester contre l'adoption d'une loi qui installait de fait une immunité inviolable des responsables politiques (lire ici). La France, toujours prompte à dénoncer la corruption et les retards roumains, présente aujourd'hui ce même visage hideux d'élus campés sur leur impunité, refusant cette justice des citoyens.
Pour lire la suiet abonnez vous à Mediapart

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire