Facebook

jeudi 8 août 2013

Priorités Santé 2/5. La menace de l'antibiorésistance

Extrait de mediapart (Je susi abonné mais j'ai pas le droit je crois de faire ca mais quand les articles sont bons comme en ce moment, je le fait pour leur faire de la pub).
C'est été l'abonneemnt est gratuit !!!

(Médiapart dont je conseille à tous de s'abonner)


 Les bactéries résistent, mutent, s'adaptent à grande vitesse Pour preuve, certains antibiotiques mis au point après la Seconde Guerre mondiale ne seront bientôt plus efficaces. Les patients en prennent trop, les animaux aussi, et la recherche est en panne. Le retard sera difficile à combler. La « Salmonella Kentucky » a rejoint la « New Delhi métallo-beta-lactamase » dans la liste des bactéries multirésistantes aux antibiotiques. Cette souche, que les chercheurs de l'Institut Pasteur pistent depuis une décennie, connaît une explosion sans précédent depuis 2006, selon une étude publiée en mai dernier dans la revue The Lancet Infectious Diseases. Résistante aux fluoroquinolones, antibiotiques puissants utilisés massivement chez l'homme comme chez l'animal, sa zone de contamination s’est progressivement élargie à toute l'Afrique et au Moyen-Orient. Tourisme médical, transport d'animaux d'élevage, ces bactéries résistantes voyagent sans encombre jusqu'en Europe. « On n'avait jamais vu ça, s'alarme le chercheur François-Xavier Weill, responsable du Centre national de référence sur les salmonella à Paris. Ce sont des bactéries qui résistent à tout ! Avant, une souche résistante, c'était une anomalie. Aujourd'hui, c'est banal. Et le processus va vite, très vite. » u sein de l’Union européenne, il a été estimé qu’au moins 25 000 patients décèdent chaque année d’une infection due à l’une des cinq bactéries multirésistantes les plus fréquentes (lire ici le rapport remis au premier ministre en décembre dernier). Depuis le début des années 2000, des milliers de morts sont dus à une épidémie de staphylocoque doré résistant à la méticilline en Amérique du Nord. Et l'on pourrait continuer ainsi à égrener les chiffres autour de la planète. Pour le docteur Carmen Pessoa, expert de l'OMS à Genève, il ne s'agit ni plus ni moins que de « l'émergence de façon vertigineuse de germes multirésistants qui ne répondent plus à aucun traitement antibiotique ». Depuis des années, l'OMS crie au feu, espérant mobiliser autour de la question de l'antibiorésistance. « Nous mettons en garde depuis deux décennies, ajoute Carmen Pessoa. Car on meurt aujourd'hui de ce dont on ne mourait pas avant. » Au mois de juin, c'est l'Angleterre, hôte du G8, qui a à son tour demandé à la communauté internationale de réagir, la médecin-chef auprès du gouvernement ayant qualifié la menace de « bombe à retardement ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire