Facebook

vendredi 15 juin 2012

Ce que dis Luchini à propos de Louis Ferdinand Céline

 

 Bérengère Adda | 16.05.2001
VOILÀ UN « VOYAGE » qui valait bien le détour ! Le célèbre manuscrit de Céline, « Voyage au bout de la nuit », mis aux enchères hier après-midi à , a été vendu 11 millions de francs (1,67 million d'euros). Dans une salle Drouot-Montaigne bondée, ce trésor littéraire a d'abord été adjugé à un acquéreur dont l'identité n'a pas été révélée, mais la Bibliothèque nationale de a annoncé qu'elle faisait jouer son droit de préemption. Cette nouvelle a été accueillie par une salve d'applaudissements du public dans laquelle se trouvait notamment le comédien , admirateur et « diseur » de Céline depuis des années. Tout d'abord estimé entre 4 et 5 millions de francs, le montant total de la vente s'élèvera en fait à 12,184 millions de francs (1 857 438 ?), avec les frais, un record mondial. Le 14 décembre dernier, un manuscrit de James Joyce (portant sur un passage de son roman « Ulysse ») avait été adjugé plus de 11,5 millions de francs, frais compris, chez Christie's, tandis que celui de « Du côté de chez Swann », de Marcel Proust, fut vendu près de 
 7 millions de francs le 7 juin 2000. Très différent du roman que l'on connaît Ce manuscrit du « Voyage au bout de la nuit », de 876 pages, écrites parfois recto-verso, biffées, raturées, de la main de l'auteur, est très différent de l'ouvrage qui a été publié en octobre 1932 par l'éditeur Denoël et qui avait apporté la renommée à Louis-Ferdinand Destouches, dit Céline. Ce dernier avait confié ce premier manuscrit, rédigé de 1928 à 1931, à une dactylographe. Il avait ensuite corrigé et modifié cette copie dactylographiée, en épurant et en changeant l'ordre des chapitres ainsi que les noms propres. Le 29 mai 1943, Céline avait vendu ce pavé de 4 kilos à un marchand d'art contre 10 000 F et un petit tableau de Renoir. Le médecin de Meudon, mort en 1961 accablé de dettes, pouvait-il imaginer que son chef-d'oeuvre, dont l'écriture abrupte a révolutionné la littérature du XX e siècle atteindrait un jour de tels sommets financiers ?

Le Parisien
Cet article a été publié dans la rubrique Spectacles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire