Facebook

vendredi 11 mai 2012

La gauche en position de force pour les législatives

Sondage BVA-La Dépêche du Midi-Orange

La gauche en position  de force pour les législatives
La gauche en position  de force pour les législatives
La gauche en position de force pour les législatives
Selon le sondage BVA-La Dépêche-Orange, la gauche reste toujours favorite pour les élections législatives des 10 et 17 juin prochains. L'UMP est en net recul et le FN est à son plus haut niveau.
Quatre jours après le deuxième tour de l'élection présidentielle, les Français semblent vouloir donner au Président Hollande une majorité de gauche à l'Assemblée nationale. En effet, selon la deuxième livraison du sondage BVA-La Dépêche-Orange, réalisé les 9 et 10 mai, la gauche reste largement favorite des élections législatives des 10 et 17 juin prochains ; scrutin national qu'elle n'a plus remporté depuis 1997.
« L'ensemble des forces de gauche totalise 45,5 % d'intentions de vote, soit pratiquement le même qu'au soir du 6 mai (46 %). Même s'il est inférieur à celui de la droite prise dans son ensemble (49,5 %), il s'agit d'un score largement supérieur à ceux de 2007 (7,5 points de plus) et de 2002 (5,5 points de plus), et à peine inférieur à celui de 1997 (47 %), quand la gauche l'avait finalement emporté », explique Gaël Sliman, directeur de BVA Opinion.
Alors que Les Verts, forts de l'accord avec le PS, tablent sur une entrée au gouvernement, « le rapport de force entre le Parti socialiste et Europe-Ecologie-les-Verts pris séparément, montre une très nette hégémonie du PS », observe M. Sliman. « Les 34,5 % réalisés par cet ensemble proviennent pour l'essentiel du PS (30 %) et très marginalement d'EELV (4,5 %). »
Le Front de gauche, dont le leader entend bien livrer bataille contre Marine Le Pen (lire ci-dessous) afficherait un score conforme au résultat du premier tour de la présidentielle (11 %). « Par rapport aux scores du Parti communiste aux dernières élections législatives, il progresse de 6,5 points par rapport à 2007 (4 %), de 5,5 points par rapport à 2002 (5 %) et de 0,5 point par rapport à 1997 (10 %) » note Gaël Sliman. Si l'on rajoute les intentions de vote en faveur de l'extrême gauche (NPA et LO) qui seraient à 0,5 %, le total de la gauche de la gauche s'établirait à 11 % d'intentions de vote, soit « une hausse de 4 points par rapport aux élections législatives de 2007 (7 %), de 3 points par rapport à celles de 2002 (8 %). » Cela sera-t-il suffisant pour créer un groupe parlementaire (15 députés minimum) ? En tout cas, Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, a estimé mercredi qu'il y aurait « un accord au niveau des législatives » avec le Front de gauche.

UMP en net recul, FN haut

À droite, l'UMP, apparaît en net recul selon le sondage BVA-La Dépêche. « Avec 32,5 % d'intentions de votes, l'UMP est en baisse de 13,5 points par rapport à son score aux législatives de 2007 (46 %), de 10,5 points par rapport à son score de 2002 (43 %, avec l'UDF) et de 4,5 points par rapport à son score de 1997 (37 % avec l'UDF) », résume Gaël Sliman. Comme en 1997, l'UMP pourrait être confrontée à de nombreuses triangulaires avec le Front national, dont le nombre dépendra en partie du taux d'abstention.
Ce dernier, avec 16 % d'intentions de vote, connaît une légère baisse mais il affiche son meilleur score pour une législative : « 1 point de plus qu'en 1997 (15 %), 3 points de plus qu'en 2002 (13 %), et 11 points de plus qu'en 2007 (5 %). »

Confiance en Hollande mais pas d'état de grâce

Pas d'état de grâce pour le nouveau président de la République, mais une confiance de la part des Français. Tel est l'enseignement que l'on retire des questions d'actualités posées par le sondage BVA-La Dépêche.

Un bon Président

« 56 % de nos concitoyens pensent qu'il sera un bon ou un très bon Président de la République, alors que seulement 38 % estiment qu'il sera un mauvais Président », décline Gaël Sliman, directeur de BVA Opinion.
« Comme toujours, ce résultat est bien meilleur que ce qu'a été le résultat de l'élection le 6 mai. C'est la preuve que bon nombre d'électeurs qui n'ont pas voté pour lui, lui font tout de même confiance, ayant probablement apprécié la retenue voire l'humilité du nouveau Président dans la victoire. Ainsi, près d'un quart des sympathisants de droite et plus de la moitié de ceux du MoDem pense aujourd'hui que François Hollande sera un bon Président. »
Et finalement l'absence d'état de grâce pourrait être un atout pour le Président Hollande. « C'est là toute la difficulté et toute la chance du Président Hollande. L'enthousiasme succédant à son élection n'est pas aussi grand que celui dont bénéficièrent ses prédécesseurs… mais, du coup, bien moins grand aussi est le risque de susciter une grande déception comme Mitterrand qui promettait de « changer la vie », Chirac de résoudre « la fracture sociale », ou Sarkozy de « faire gagner plus » aux Français. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire